Sur le même sujet

Reportage à l'école Lamazou (Paris 16) en 2013. © Mélanie-Jane Frey

Reportage à l'école Lamazou (Paris 16) en 2013. © Mélanie-Jane Frey

Apprendre ensemble

L'édito de Cyril Douillet, rédacteur en chef d'Ombres et Lumière

Souvenez-vous, c’était au début de l’été – cela paraît loin déjà. Lors de sa déclaration de politique générale, devant l’Assemblée nationale, le premier ministre Edouard Philippe évoquait ainsi l’inclusion scolaire : «Un enfant handicapé scolarisé, ce n’est pas seulement une histoire d’argent, ni même de justice, c’est une chance pour l’ensemble de ses camarades ». Il faut que du chemin ait été fait pour que de tels mots soient prononcés en ces lieux. Car ils signifient bien un renversement de perspective : au-delà du « droit à » être scolarisé, il s’agit d’un plus pour la communauté des élèves et pour les établissements. Ce que nombre de directeurs d’école, d’enseignants et de parents d’enfants valides peuvent témoigner – à condition toutefois que tous soient accompagnés, à commencer par l’enfant.

C’est là que les actes doivent suivre. Au cours de l’été, la secrétaire d’Etat Sophie Cluzel confirmait dans une interview à La Croix sa promesse que chaque enfant qui le nécessite bénéficie d’un AESH (anciennement AVS) lors de cette rentrée, sous réserve de l’accord de la MDPH (désolé pour les sigles !). Elle assurait que ce métier – qu’elle a personnellement contribué à créer en tant que responsable de l’association militante « Grandir à l’école » – allait être « modernisé, pérennisé, professionnalisé ».

Qu’à la tête de l’Etat se trouvent des personnes aussi conscientes des besoins des personnes et des familles, mais aussi de l’apport des personnes fragiles à la société, constitue une très bonne nouvelle. Bien sûr, on peut craindre que les résistances perdurent, à tous les niveaux – et certaines familles en feront certainement les frais cette rentrée… Mais l’on peut espérer qu’elles entrainent derrière elles les différentes composantes du « système » scolaire et médico-social. Ce serait alors une vraie révolution.

Cyril Douillet

Ombres et Lumière219

 

Pour aller plus loin

A voir aussi