Sur le même sujet

  • En haut de l'affiche

    Mathias et Benjamin, tous deux handicapés, tiennent le premier rôle dans Timéo, la comédie musicale familiale de la rentrée. Rencontre.

  • Avant toi

    Un film romantique, en apparence une belle promesse, qui vire à la promotion du suicide assisté.

  • J’accepte d’être incarnée

    A l'occasion de la semaine nationale des personnes handicapées physiques, Cécile, 32 ans, infirme moteur cérébrale, confie à Ombre

Sous le couvert de beaux sentiments, le film "Avant toi" prône le suicide assisté. On en sort avec un profond malaise. © Warner Bros

Sous le couvert de beaux sentiments, le film "Avant toi" prône le suicide assisté. On en sort avec un profond malaise. © Warner Bros

Avant toi

Un film romantique, en apparence une belle promesse, qui vire à la promotion du suicide assisté. Tel est "Avant toi", actuellement dans les salles. A éviter !

Will est jeune, il est beau, il est riche et il était grand sportif jusqu’à ce qu’un accident de la circulation le rende tétraplégique deux ans plus tôt. Lou est jeune, plutôt originale, sans ambition particulière et elle enchaîne les petits boulots pour aider sa famille à joindre les deux bouts.

S’ils sont originaires du même charmant village anglais, rien ne les prédestinait pourtant à se rencontrer. Mais Lou va être embauchée comme aide-soignante auprès de Will et l’amour sera au rendez-vous. Là, tous les amateurs de comédies romantiques, celles qui pleurent à chaque rediffusion de Love story se disent que c’est le film de l’été à ne pas manquer. Hélas ! C’est triste et empreint de malaise que l’on sort de la séance.

Oui, les décors sont beaux. Oui, les acteurs (Sam Claflin et Emilia Clarke) sont excellents et nous émeuvent à plusieurs reprises. Oui, la bande son est belle et accompagne très bien cette romance. Mais non, l’euthanasie n’est pas la réponse au handicap. Malgré l’amour de Lou et les sentiments qu’il lui porte, Will ne changera pas le projet qui était le sien avant de la connaître : il ira chercher la mort en Suisse car il ne supporte pas cette vie marquée du sceau de la dépendance. Jolies montagnes enneigées, belle maison blanche ; un décor de carte postale pour une mort douce. Que c’est pernicieux ! Ses parents l’accompagnent et Lou qui avait refusé dans un premier temps finira par se joindre à eux. Le film est tiré du livre éponyme de Jojo Moyes. Sur le papier, le combat de Lou contre ce projet fou est plus marqué, sa maman lui dit que sa maison lui sera fermée à jamais si elle accompagne Will en Suisse… Le film est plus édulcoré et, sous couvert de beaux sentiments, on entraîne le spectateur sur le mauvais chemin. L’emballage est beau mais le cadeau est empoisonné !

Christel Quaix, ombresetlumiere.fr - 22 juin 2016

Film de Thea Sharrock avec Emilia Clarke, Sam Claflin.

Pour aller plus loin

  • Globe-rouleuse

    « Non, je ne cherche pas à dépasser mon handicap.

  • Patients

    Adaptant son propre témoignage de vie, Grand Corps Malade livre un film drôle et attachant sur le quotidien d’un centre

  • Patients

    Adaptant son propre témoignage de vie, Grand Corps Malade livre un film drôle et attachant sur le quotidien d’un centre

A voir aussi