Sur le même sujet

  • Cinéma : "Chelli"

    Comment construire sa vie lorsque l’on se sent responsable de sa sœur handicapée ?

  • La jalousie des frères et sœurs

    Quelques pistes de réflexion, quand on sent, comme Valérie, monter en soi l’agressivité à l’égard de son frère handicapé, qui décidémen

  • Gildas a quelque chose à nous dire

    Just et Tristan Philippot ont filmé leur frère Gildas, polyhandicapé, durant la dernière année de sa vie.

Le lien de Chelli avec sa soeur handicapée mentale, Gaby, est évoqué avec beaucoup de finesse : entre amour et haine, il relève bien de la fusion, avec tout son potentiel mortifère, mais aussi une certaine beauté. © Chelli

Le lien de Chelli avec sa soeur handicapée mentale, Gaby, est évoqué avec beaucoup de finesse : entre amour et haine, il relève bien de la fusion, avec tout son potentiel mortifère, mais aussi une certaine beauté. © Chelli

Cinéma : "Chelli"

Comment construire sa vie lorsque l’on se sent responsable de sa sœur handicapée ? C’est tout le sujet de ce film dur et beau à la fois, actuellement sur les écrans.

L’histoire

Chelli, une jeune trentenaire, vit seule avec Gaby, sa sœur handicapée mentale, dans un quartier populaire en Israël. Elle sort peu et vit une relation fusionnelle avec elle. Au collège où elle est surveillante, elle fait la connaissance d’un nouveau professeur de sport, avec qui elle commence une histoire d’amour. Mais il est bien difficile pour elle de se détacher de sa sœur pour faire une place à cet homme.

L’avis d’Ombres et Lumière

Disons d’abord que ce n’est pas un film gai. Le handicap lourd de Gaby, qui se tape la tête contre le sol lorsqu’elle est en colère, l’environnement quotidien des deux femmes, assez sordide, la sensation d’enfermement qui traverse ce huis clos, confèrent au film un réalisme âpre. Mais c’est un film qui sonne extrêmement juste – de fait il est inspiré de l’histoire réelle de la scénariste, qui joue aussi le rôle-titre. Le lien de Chelli avec Gaby est évoqué avec beaucoup de finesse : entre amour et haine, il relève bien de la fusion, avec tout son potentiel mortifère, mais aussi une certaine beauté. Le film montre bien l’aliénation et l’aveuglement de Chelli, qui peine à saisir les mains qui lui sont tendues : l’institution à laquelle elle consent à confier Gaby de temps en temps, et bien sûr, l’amour de cet homme, Zohar, auquel est dévolue la mission impossible de séparer les deux femmes… Subtil et puissant, extrêmement bien joué (l’interprétation de Gaby est hallucinante de vraisemblance), Chelli est un film à voir, pour entendre résonner cette question: à partir de quand l’attachement confine-t-il au sacrifice de soi ?

Cyril Douillet

Un film d’Asaf Korman. Avec Liron Ben Shlush et Dana Ivgy.

Un lieu pour débattre sur ces questions : la Fondation OCH organise une journée pour les frères et soeurs d'une personne malade ou handicapée, le 28 mars 2015, à Paris et à Tours, sur le thème : Choisis la vie.

Pour aller plus loin

A voir aussi