Sur le même sujet

Et s’ils avaient quelque chose à nous dire...

Psychiatre des hôpitaux de Paris et docteur en philosophie, Serge Tribolet affirme qu'au cœur de la folie, un lieu échappe à la logique psychologique.

Le plus important est de comprendre que dans les expériences difficiles que traversent les patients dits schizophrènes, il y a quelque chose qui doit être entendu au-delà des simples références de la psychologie. Je parle en particulier des patients délirants qui sont rejetés de toute part, incompris. Ils entendent des voix que personne d'autre n'entend, ils voient des choses que personne d'autre ne voit, ils ressentent des sensations inexpliquées. En fait, ils nous parlent d'une réalité dont eux seuls ont connaissance, différente de l’expérience commune. Une réalité qui leur est propre, au-delà du pensable, au-delà du langage. Les problèmes apparaissent lorsqu'ils confondent les deux réalités. C'est là que nous devons être présents, nous les soignants, mais aussi les familles, l'entourage. Il ne s'agit pas seulement d'écouter et de comprendre ce que dit la personne délirante, il y a plus important encore : entendre ! C'est le fondement de ma pratique auprès de mes patients. On peut écouter à l'infini sans jamais rien entendre.

C'est la même chose avec les yeux, on peut regarder et ne rien voir. Vous savez bien " l'essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu'avec le cœur ". Prenez l'exemple de l'Hostie, la science nous dira tout ce qu'elle voit de l'objet : sa taille, sa forme, son poids, sa couleur, ses molécules, etc. Et plus elle nous dira de choses, plus elle s'éloignera de l'essentiel. Le délire est un mode d'accès à un savoir, il lève le voile de la pensée, il montre l'invisible. Pour cette raison, je dis que les patients schizophrènes traversent souvent des expériences mystiques. Freud a montré que le délire est une construction, une élaboration. Je pense qu'il est un cheminement, une façon de traverser les étapes d'une expérience difficile, une expérience de dévoilement. Entendre, c'est l'enjeu du travail psychothérapeutique qui à mon sens ne peut faire l'impasse de la question essentielle de la foi. Se détourner de cette question serait un signe de surdité intellectuelle : le comble pour une psychiatrie ! Dr Serge Tribolet Auteur de La folie, un bienfait pour l'humanité, Ed. de la Santé, 2005, 192 p., 18€ Ombres et Lumière n°153

Pour aller plus loin