Sur le même sujet

L’imaginaire peut déborder jusqu’au délire

Que répondre à Frédérique, atteinte de troubles psychiques, qui me dit : "Dieu me parle très souvent ?" Le point de vue du Dr Faidherbe, psychiatre et diacre.

Frédérique (on se connaît depuis ton enfance), "Dieu te parle très souvent !…", me dis-tu. Que te dit-Il ?…
Il répète ce que tu penses, ce que tu fais, il commente tes gestes, il t’impose des idées… Il entend tes peurs et parfois te suggère de le rejoindre par n’importe quel moyen. Tu ne penses plus qu’à Lui, tu ne penses plus qu’à cela et tu ne sais plus que faire ; et tu ne veux plus rien faire…

Frédérique, toi qui fais partie d’un groupe d’animation liturgique, penses-tu que Dieu puisse ainsi priver l’homme de sa liberté ?
Tu fermes peu à peu toutes les portes, les fenêtres et les volets, de ta chambre comme de toi-même, et tu parais avoir perdu les clés.

Oui, Dieu nous parle mais à travers les autres et pour les autres. Quand tu dis être connectée en direct avec Lui, tu n’inventes pas parce que c’est ce que tu ressens.
Ecoute-moi aussi, comme médecin : la fatigue accumulée pendant des mois perturbe nos perceptions et détraque le contrôle de notre imaginaire. Nous ne pouvons empêcher ces voix, ces hallucinations, et elles envahissent toute notre pensée. Ni ta foi, ni ta crédibilité ne sont remises en cause mais, dans ces moments d’épuisement, nous ne sommes plus nous-mêmes : nous entendons des voix ou voyons seuls des choses étranges, nous nous sentons menacés ou critiqués, et l’imaginaire peut déborder jusqu’au délire, nous mettant à distance de la réalité et de nos proches. Par nature nous sommes tous fragiles et il nous faut admettre cette pauvreté.
Par contre il faut avoir le courage de demander l’aide des autres : la famille qui t’aime et s’inquiète de te voir t’enfoncer, l’aide des professionnels de l’écoute, la nécessité d’avoir recours aux médicaments qui vont progressivement effacer ces étrangetés qui te parasitent… Une rupture momentanée avec la maison est préférable ne serait-ce que pour vérifier la tolérance au traitement… Accepte de faire confiance, de nous faire confiance et tu retrouveras confiance en toi.

Dr Faidherbe, Ombres et Lumière n°180

Pour aller plus loin

A voir aussi