Sur le même sujet

Julian Moore a reçu l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation d'Alice, intellectuelle déchue, qui oscille entre la tentation du désespoir et le courage de combattre. © Sony Pictures Releasing France

Julian Moore a reçu l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation d'Alice, intellectuelle déchue, qui oscille entre la tentation du désespoir et le courage de combattre. © Sony Pictures Releasing France

Le déclin et l’amour

Disponible en DVD, "Still Alice" est un film attachant et sensible sur une maladie peu connue : l’Alzheimer précoce.

L’histoire

La cinquantaine rayonnante, Alice est une femme comblée par sa vie professionnelle – elle est un brillant professeur de linguistique – et familiale – elle est mariée à John et mère de trois grands enfants. Jusqu’au jour où l’apparition de signes troublants, absences soudaines, trous de mémoire, la conduit à consulter secrètement un neurologue. En quelques mois le verdict tombe : elle est atteinte d’un Alzheimer précoce.

L’avis d’Ombres et Lumière

L’un des principaux mérites de ce film est de contribuer à faire connaître la forme jeune d’Alzheimer, maladie qui toucherait environ 20 000 personnes de moins de 60 ans en France. Le film déroule l’évolution de la maladie, des premiers symptômes à la dégradation prononcée des facultés mentales. On pourrait lui reprocher un brin de didactisme si ce n’était l’interprétation exceptionnelle du personnage d’Alice, qui a valu à Julian Moore l’Oscar de la meilleure actrice. Elle rend extrêmement attachante et digne cette femme, intellectuelle déchue, qui oscille entre la tentation du désespoir et le courage de combattre – comme dans ce moment où Alice se définit avec humour comme "passée maître dans l’art de perdre". Mais le film vaut autant encore pour l’intérêt qu’il porte aux autres membres de la famille, bouleversés par la maladie d’Alice – dont l’une des filles, après des tests génétiques, se sait porteuse. Tous apprennent à s’adapter à la personnalité transformée d’Alice, et à découvrir, sous l’effritement de l’intelligence, le noyau dur de l’amour. A noter que le réalisateur, Richard Glatzer, atteint de la maladie de Charcot, est décédé le 12 mars.

Cyril Douillet

En DVD. De Richard Glatzer. Avec Julianne Moore, Alec Baldwin, Kristen Stewart.

Pour adultes et grands adolescents.

Pour aller plus loin

  • Une jeune fille de 90 ans

    Quand la danse redonne vie à des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Un beau documentaire à revoir sur Arte.

  • La vie sous force 10

    Samedi 8 octobre, Jean d’Artigues, un entrepreneur de 52 ans, tétraplégique et porteur de la maladie de Charcot, embarqu

  • La vie à l'envers

    Trois sœurs confrontées à la maladie d’Alzheimer de leur mère : telle est la trame de ce téléfilm familial, qui sait mêl

A voir aussi