Sur le même sujet

Rencontre entre le Président de la République et Marie-Caroline Schürr le 9 avril 2018 au Collège des Bernardins © Corinne Simon / Ciric

Rencontre entre le Président de la République et Marie-Caroline Schürr le 9 avril 2018 au Collège des Bernardins © Corinne Simon / Ciric

« Le geste d’Emmanuel Macron m’a bouleversée »

Marie-Caroline Schürr, porteuse d’un handicap moteur et auteur de Out of the Box (Jubilé), était présente à la soirée organisée par les évêques de France aux Bernardins le 9 avril, au titre de la Fondation OCH. Elle revient sur la rencontre qu’elle a vécu avec Emmanuel et Brigitte Macron à cette occasion.

Honorée de cette invitation, j’ai été touchée par l’accueil qui m’a été fait, par ma place tout devant. J’ai trouvé beau que l’Eglise soit représentée dans sa diversité : les prêtres, les évêques, les hommes politiques, mais aussi les personnes plus fragiles. C’est une image pleine d’espérance, et j’ai senti une communion entre tous.

A la fin, après les discours, Emmanuel Macron s’est très vite dirigé vers nous, les personnes handicapées du premier rang. Dans son attitude avec moi, je n’ai jamais senti de faux semblant : cela m’a semblé vrai et sincère. Ce qui m’a frappée, c’est son regard : il m’a regardé comme une personne ; et sa capacité à être pleinement à une personne à la fois, alors qu’il y avait plein de monde autour de moi…Il s’est mis à genoux devant moi : ce geste m’a beaucoup frappée, car pour moi cela trahit le cœur de la personne. Ça vaut tous les discours. Un Président de la République qui se met à la même hauteur que moi…Il y avait une vraie liberté dans ce geste qui m’a bouleversée. J’ai eu le sentiment que pour lui ma vie avait de la valeur ; je me suis dit qu’il valait le coup que je me batte pour les personnes handicapées. Cela m’a conforté dans mon engagement.

Il ne m’a pas fait de grand discours. Il m’a beaucoup remercié…. Et moi je l’ai remercié également. Je lui ai dit : on a besoin de vous pour croire en la beauté de la vie. Car on a besoin des associations, de l’Eglise, mais aussi des hommes politiques. La vie des personnes fragiles se jouent non seulement dans des lois à venir, mais d’ores et déjà dans la rencontre. Cette dernière conduit à l’action.

J’ai vue ensuite Brigitte Macron, qui s’est intéressé à moi et m’a posé des questions. J’ai senti une femme à l’écoute et ouverte. Elle m’a dit qu’il y avait un besoin réciproque les uns des autres. Si j’avais pu discuter plus longuement, j’aurai insisté sur le besoin que nous, personnes handicapées, avons d’être associées aux décisions.

Marie-Caroline Schürr, ombresetlumiere.fr – 16 avril 2018

Pour aller plus loin

  • Monsieur Je-Sais-Tout

    Vincent entraîne l’équipe de football des benjamins de La Rochelle. C’est un loup solitaire plutôt bougon.

  • Intouchables 2

    L’un est en situation de handicap, l’autre valide.

  • Un jubilé avec vous !

    L'édito de Cyril Douillet, rédacteur en chef d'Ombres & Lumière