Sur le même sujet

Peu à peu, une amitié lie Pierre (Benjamin Lavernhe) et les enfants de Louise qui voient dans son comportement étrange un super héros. © David Koskas

Peu à peu, une amitié lie Pierre (Benjamin Lavernhe) et les enfants de Louise qui voient dans son comportement étrange un super héros. © David Koskas

Le goût des merveilles

Actuellement en salles, "Le goût des merveilles" raconte la rencontre d’une jeune veuve et d’un homme atteint du syndrome d’Asperger. Un conte sur la différence, positif, mais qui manque de relief.

Veuve avec deux enfants, Louise croule sous les dettes et tente désespérément de sauver l’exploitation arboricole de son mari. La tête dans les soucis, elle percute en voiture un homme, Pierre, au comportement bizarre qui tombe aussitôt amoureux. Peu à peu, Pierre devient de plus en plus présent dans la vie de Louise et de ses enfants, et veut sauver son exploitation.

Si vous cherchez un conte de Noël à voir en famille, pourquoi pas.

Le goût des merveilles a la saveur sucrée des beignets et des confitures bio vendus par Louise sur le marché. C’est un peu Amélie Poulain version Pierre Asperger. Tout est bon, beau, possible. La Drôme provençale avec son soleil et ses champs de lavande fait rêver, les villages, les gens, la lumière du sud sont un antidote au stress, à la violence, et à la grisaille. Tout n’est que douceur, vol de pollen et de pétales, bons sentiments… Trop ?

Eric Besnard étire son intrigue, sans vrais rebondissements et sans aspérités dans la psychologie des personnages. On regarde son film comme un beau livre, mais sans y croire vraiment. Certes, des traits caractéristiques du syndrome d’Asperger sont bien campés mais un peu énumérés de manière didactique. Et le jeu de Benjamin Lavernhe (Pierre) manque de subtilité.

S’il fallait néanmoins retenir le positif, ce serait que la personne avec autisme est, pour une fois, regardée à partir de ses talents et de ce qu’elle peut donner. A noter aussi la belle relation entre Pierre et Jules, un libraire qui l’héberge et l’emploie, père de substitution, ami de toujours.

Florence Chatel, ombresetlumiere.fr - 22 décembre 2015

Comédie sentimentale d'Eric Besnard, avec Virginie Effira et Benjamin Lavernhe, en salles depuis le 16 décembre.

Pour aller plus loin

  • Presque comme les autres

    Ce téléfilm sensible donne à voir le parcours du combattant d’une famille avec un enfant autiste.

  • Cinéma : Le monde de Nathan

    L’histoire vraie d’un jeune prodige, actuellement dans les salles.

  • La porte d’Anna

    Avec humanisme, ce documentaire montre le quotidien d’une institution accueillant de jeunes autistes.

A voir aussi