Sur le même sujet

© Thinkstock

© Thinkstock

"Ma vie sera belle"

Hervé, la cinquantaine, a une fragilité psychique. Célibataire, il évoque la maturation de sa vie affective, entre sentiments débordants et amitiés fécondes.

Dans ma vie, je n’ai eu que des aventures platoniques. A l’adolescence, je pensais tout le temps à une fille. Je l’ai revu deux fois après le bac et puis une fois, mariée, elle m’a appelé au téléphone et ça a remué beaucoup de choses en moi. J’ai compris qu’il ne fallait plus que je la revoie.

Une propension à tomber facilement amoureux

J’ai perdu mon père à 18 ans. Ça été un véritable choc. Est-ce pour cette raison que ma vie affective a été perturbée ? Je tombais tout le temps amoureux d’une jolie femme. Et à chaque fois, comme on dit, je me ramassais un râteau. C’était maladif. C’était plus fort que moi, il fallait que je sois toujours amoureux. Ces échecs me rendaient triste et malheureux.

J’ai compris que je manquais complètement de discernement. Maintenant je prends plus de temps. Une fois, J’ai laissé un petit mot à une cliente, à mon travail, que je trouvais très gentille. Elle est devenue froide avec moi par la suite. Mes collègues me poussaient à l’action, et moi comme un idiot je fonçais.

Les femmes m’ont rendu un peu malheureux. J’ai entendu une fois à la radio que certains vont toujours vers des personnes qui ne sont pas faites pour eux. Je me suis reconnu. Je me suis même souvenu qu’une psychologue m’avait dit que j’allais toujours vers des femmes inaccessibles. Ça m’a fait réfléchir. Depuis je vais mieux, je me suis calmé, mais je dois rester vigilant. Ma propension à tomber amoureux comme cela si facilement, je pense que c’est dû à ma fragilité. Mais ça s’éduque et se maitrise.

De vrais amis

Bien sûr que j’aimerais bien me marier et avoir au moins un enfant mais j’ai déjà tellement de difficultés à me gérer moi-même… J’ai déjà beaucoup de mal à ranger ma chambre. Et puis vivre à deux tous les jours… c’est bien le temps de vacances, mais tous les jours… je ne sais pas si je pourrais. J’ai très peur des conflits. Je me dis qu’on peut être très heureux avec ou sans femme.

J’ai de vrais amis, dont un couple, avec qui je peux parler librement. Avec eux, je suis en confiance. C’est très important pour moi d’être utile. J’ai aussi une amie avec qui je n’ai pas de sentiments amoureux, c’est juste de l’amitié, une grande amitié même. Nous nous connaissons depuis très longtemps. Nous allons marcher ensemble de temps en temps. Elle est très fragile aussi. Nous nous faisons du bien mutuellement. Mais il n’y a rien d’ambigu.

Je ne sais pas ce que sera ma vie, avec ou sans femme, mais elle pourra être très belle. Ça ne dépend pas que de moi bien sûr, mais d’une grande partie de moi quand même ! 

Hervé

Pour aller plus loin

  • L'amour tout court

    Pour la Saint Valentin, le Jour du Seigneur présentait "L’amour tout court", un documentaire sur le mariage en

  • En quête d’amour

    Mercredi 1er avril, M6 lançait "Mon partenaire particulier", une nouvelle "série documentaire" sur

  • Développer le toucher

    Anne Catteau, éducatrice spécialisée de formation, intervient depuis sept ans comme Educatrice à la vie au Cler.

A voir aussi