Sur le même sujet

  • Adjugé, vendu !

    Une vente aux enchères solidaire ! C'est ce qu'ont expérimenté Cédric et Sophie Bondonnat.

  • Ouvrir les portes de l’amitié à son enfant

    Alors qu'elle était pédiatre au Centre d’action médico-social précoce (CAMSP) de Versailles, le docteur Marie-Annick Maspoli livra

  • Une amitié salvatrice

    Véritable remède contre la morosité, le film "Intouchables" est aussi une histoire d’amitié qui triomphe du malheur.

© DR pour Ombres et Lumière

© DR pour Ombres et Lumière

Ouvrir les portes de l’amitié à son enfant

Alors qu'elle était pédiatre au Centre d’action médico-social précoce (CAMSP) de Versailles, le docteur Marie-Annick Maspoli livrait ces conseils aux parents d’enfant ayant un handicap qu’elle rencontrait.

L’amitié, plus forte que la camaraderie ou le copinage, est une des lumières de la vie. "Un frère est un ami que la nature t’a donné, un ami est un frère que ton cœur a choisi." Contrairement aux sentiments familiaux imposés par la nature, et parfois refusés, l’amitié est offerte et acceptée.
Ce choix réciproque va s’implanter sur des affinités réciproques, des intérêts communs. Chez les personnes handicapées, l’expression de leurs sentiments, parfois difficile, peut gêner la réciprocité.
L’amitié sous-entend aussi un partage. Un ami, c’est quelqu’un auprès duquel on se sent bien, pour faire quelque chose avec lui, pour échanger des idées ou tout simplement pour être ensemble. Quelqu’un sur lequel on peut toujours compter, en particulier dans les épreuves, pas obligatoirement pour les diminuer mais pour les partager.
Etre choisi est très valorisant. Aussi, l’amitié gratuitement offerte à une personne handicapée, si souvent confrontée à des sentiments négatifs de pitié ou de condescendance, est une merveilleuse occasion pour elle de retrouver l’estime de soi. Nous en avons tous besoin pour vivre !
Entre une personne sans handicap et une personne handicapée, la sympathie n’est jamais acquise d’emblée, mais elle peut naître lors de rencontres et de partages. A nous d’aider la vie…

Autant d’amitiés que d’amis

L’amitié permet de grandir en s’affranchissant de la dépendance aux parents. Elle est un premier pas vers une socialisation plus large. Certains parents trop surprotecteurs interdisent à leur enfant handicapé, souvent inconsciemment, toute vie en dehors de la famille. "Nos enfants sont de nous mais ils ne sont pas à nous" dit Khalil Gibran. Ne leur coupons pas les ailes.
Il n’existe pas une amitié mais autant d’amitiés que d’amis. Il y a les relations amicales dans le sport, dans les activités intellectuelles, et celles fondées sur le partage de bons moments ou des épreuves. C’est une conception adolescente de l’amitié de n’accorder ce titre qu’à une relation ou l’on "se dit tout", où l’on veut être en permanence ensemble.

Le rôle des parents

Les parents peuvent susciter des occasions où leur enfant rencontrera des personnes qui pourront, si des atomes crochus se révèlent, devenir leurs amis. Ainsi les goûters d’enfants, les fêtes entre jeunes, les loisirs partagés, le scoutisme, Foi et lumière, etc. Or, je vois chaque semaine des parents inviter des camarades de classe de leurs enfants sans handicap, j’en vois beaucoup moins inviter les camarades de l’IME. Si les premiers sont très sollicités pour des activités de loisirs, de sports, d’arts, je vois peu d’enfants porteurs de handicaps dans les chorales, les ateliers artistiques ou les activités du week-end et même sur la plage ou au terrain de camping. Je vois peu de fauteuils roulants dans les rues. Où sont-ils ? C’est pourtant là qu’on se fait des amis…
En outre, les enfants grandissent en s’appuyant sur ce qu’ils voient faire par leurs parents. Plus ceux-ci sont sociables, plus les enfants ont des chances de l’être aussi. Beaucoup de parents d’enfants avec un handicap se renferment dans leur cocon, renoncent à rencontrer leurs amis, pensant qu’ils n’ont pas les mêmes préoccupations. C’est certainement une erreur et ils ont besoin de partager leurs soucis. Les amitiés de leurs parents sont bonnes pour leurs enfants.
Enfin, pour être choisi et être aimé, il faut être "aimable", c’est-à-dire agréable à regarder (bien coiffé, joliment vêtu) ; à approcher (propre et parfumé) et à contacter (de bonne humeur, souriant)… N’oubliez pas d’intervenir dans les premiers domaines ; le dernier est moins accessible à votre influence directe.

Ne pas avoir d’amis ne veut pas dire être seul

Si votre enfant n’a pas d’amis, demandez-vous d’abord s’il est heureux ainsi. Si oui, ne cherchez pas à faire son bonheur selon vos propres critères. Ne pas avoir d’amis ne veut pas dire être seul. Si non, allez plus loin dans votre analyse : l’absence d’amis est-elle le fait de votre enfant ou le fait des circonstances ? Vous pouvez jouer directement sur les circonstances, moins sur le tempérament de votre enfant. Si vous pensez qu’il s’enferme dans un cercle vicieux "je n’ai pas d’ami donc je me sens non aimable donc je deviens non aimable", vous pouvez le faire aider par un psychologue pour qu’il retrouve l’estime de soi qui le fera paraître aimable aux autres.
L’amitié appartient au domaine privé de votre enfant. Vous devez seulement l’aider à ce que la porte de ce domaine soit ouverte sans en interdire ni forcer l’accès.

 

Marie-Annick Maspoli, Ombres et Lumière n°155

Pour aller plus loin

  • Adjugé, vendu !

    Une vente aux enchères solidaire ! C'est ce qu'ont expérimenté Cédric et Sophie Bondonnat.

  • Perrine Abelé, en trinôme autour du monde

    En juillet 2014, cette ergothérapeute, passionnée de voyages, a entamé un tour du globe en huit étapes.

  • Une amitié salvatrice

    Véritable remède contre la morosité, le film "Intouchables" est aussi une histoire d’amitié qui triomphe du ma

A voir aussi