Sur le même sujet

  • Eloge de la fragilité

    Actuellement dans les salles, Henri, le film de Yolande Moreau met en scène la rencontre d'un propriétaire de café, veuf et abattu

  • Des avancées pour traiter la Trisomie 21

    Directeur de la recherche à la Fondation Jérôme Lejeune, le Dr Henri Bléhaut nous éclaire sur les dernières recherches sur les déficien

  • Vincent et moi

    A l’occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, sort en salles un documentaire "Vincent et moi".

"Vincent et moi", un plaidoyer pour l’insertion sociale des personnes porteuses de trisomie. © Next Film Distribution

"Vincent et moi", un plaidoyer pour l’insertion sociale des personnes porteuses de trisomie. © Next Film Distribution

Vincent et moi

A l’occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, sort en salles un documentaire "Vincent et moi". Réalisé par Gaël Breton et Edouard Cuel, le père de Vincent, il est un plaidoyer pour l’insertion sociale des personnes porteuses de trisomie et la reconnaissance de leurs talents.

L’histoire

Vincent est né avec une trisomie 21. Maintenant qu’il a 21 ans, il se prépare au métier de serveur dans l’hôtellerie, rêve d’avoir son propre appartement, et de tomber amoureux. Son père l’accompagne dans son désir d’autonomie et la reconnaissance de sa place dans la société.

L’avis d’O&L

A travers l’histoire de Vincent, ce documentaire aborde nombre des questions relatives à l’accompagnement des jeunes adultes atteints d’un handicap intellectuel : les obstacles qu’ils rencontrent encore trop souvent dans leur parcours, comme les belles rencontres qui leur permettent d’avancer. Avec ses proches, on suit Vincent dans ses apprentissages : celui de la citoyenneté par le vote, celui du métier de serveur à l’hôtel où il est en alternance, celle de la liberté avec l’aide d’une cousine qui accepte d’être son curateur. On le découvre dans sa passion du karaté – il est ceinture noire ! On le voit vivre, en famille – le duo que Vincent forme avec son père est particulièrement touchant –, avec ses amis trisomiques comme lui, avec les jeunes du CFA dont il partage les cours. Le cas de Vincent est exceptionnel, reconnaissent in fine les réalisateurs, mais il ne doit pas faire oublier que la loi du 11 février 2005 « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » suppose de leur permettre d’aller à l’école, d’apprendre un métier et de travailler, d’avoir une vie qui corresponde à leur désir et leurs talents, de les accompagner dans leur projet de vie. Un propos militant ? Ce documentaire est avant tout une invitation à se mettre à l’écoute de ces jeunes et à ne pas avoir peur d’aller à leur rencontre. « Ils peuvent contribuer, à leur manière, à notre société, souligne Gaël Breton. Ils ont une belle volonté, une réelle envie d’y participer, c’est quand même formidable ! »

Florence Chatel, ombresetlumiere.fr - 21 mars 2018

Un film de Edouard Cuel et Gaël Breton, sortie le 21 mars 2018.

Pour aller plus loin