Le numérique au service du handicap de communication

Alors que j’animais une réunion professionnelle avec mes associés dans un hôtel lyonnais, une fillette agitée, accompagnée de ses parents, a attiré notre attention.

Manifestement, cette enfant présente une situation de handicap que nous pouvons apparenter à une surdité. Pour ne pas les déranger et parce que nous avons beaucoup de travail, nous terminons notre réunion.

A la fin, le père s’approche en me disant que sa femme m’a reconnu, à la suite de l’émission « Philosophie » que j’avais tournée avec Raphaël Enthoven en décembre, mais qu’elle n’ose pas venir me déranger. Une belle invitation à venir discuter avec cette famille.

J’apprends que cette petite fille ne souffre pas de surdité mais d’un retard du développement dû à une maladie rare. Ils viennent à Lyon voir une orthophoniste formée à une méthode de communication utilisant une tablette numérique avec des icônes. Quand on tape sur l’icône, la tablette a une synthèse vocale. Je trouve cela formidable car c’est un système qui respecte la richesse syntaxique et grammaticale de la langue française. Par ailleurs, c’est accessible très tôt, même à des enfants de maternelle qui ne savent évidemment pas lire. C’est ça, la plus belle utilisation du numérique : permettre à des personnes handicapées de sortir de l’isolement, de se développer et de s’exprimer librement avec les autres.

Jean-Baptiste Hibon, ombresetlumiere.fr – 5 février 2018

Jean-Baptiste Hibon, IMC et père de famille, a fondé le Réseau humain, le premier réseau socio-professionnel du handicap.

Sur le même sujet