Sur le même sujet

la cécité du père Jacob se fait vecteur de la miséricorde de Dieu pour Leila. © SAJE Distribution

la cécité du père Jacob se fait vecteur de la miséricorde de Dieu pour Leila. © SAJE Distribution

Cinéma : Lettres au Père Jacob

Condamnée à perpétuité pour meurtre, Leila est graciée au bout de 12 ans de prison. A sa sortie, elle se voit confier une mission particulière : rejoindre un vieux prêtre aveugle pour devenir son assistante, et en particulier lui lire chaque jour le courrier qu’il reçoit, lettres de demandes de conseil ou de prière.

Fermée à toute dimension religieuse, Leila renâcle tout d’abord à la tâche et songe plutôt à profiter de la vulnérabilité du Père Jacob. Mais peu à peu, la carapace de Leila va se craqueler devant la bonté du prêtre.

L’avis d’OL : Amateurs de films d’action s’abstenir ! Ce long métrage finlandais, tourné dans la belle campagne nordique, a l’épure des films contemplatifs. Mais l’on ne s’y ennuie pas. Si la trame est simple – la rencontre de la criminelle et du saint, le traitement est subtil et laisse à voir combien la fragilité accueillie conduit au salut. Lieu de sa dépendance à autrui, la cécité du Père Jacob (magnifiquement interprété) se fait vecteur de la miséricorde de Dieu pour Leila. Un grand film chrétien sur le pardon et la fécondité des faibles.

Cyril Douillet, Ombresetlumiere.fr - 8 mars 2016

Sortie le 9 mars. Un film de Klaus Harö

Pour aller plus loin

  • L'oeil du tigre

    Ce documentaire évoque le quotidien de Laurence Dubois.

  • Silent Voice

    Tiré d’un manga, ce film d’animation aborde la question du handicap de manière juste et sensible à travers l’histoire d’

  • L’éloquence des sourds

    Première femme avocate sourde de naissance, Virginie Delalande illumine ce remarquable documentaire.