Sur le même sujet

  • Un film à voir

    "Les aveugles voient". La promesse biblique trouve un écho particulier dans ce film étonnant et magnifique.

  • Vers la lumière

    La réalisatrice des Délices de Tokyo sublime la rencontre entre une audio descriptrice et un non voyant.

  • Théâtre : Journal de ma nouvelle oreille

    Dans "Journal de ma nouvelle oreille", en ce moment au Studio Hébertot, Isabelle Fruchart, devenue subitement sourde à 70% à

Dîner dans le noir est une expérience unique. A Paris, le restau "dans le noir" fête ses dix ans. D'autres grandes villes comme Londres, Moscou, et Barcelone, ont lancé le concept.

Dîner dans le noir est une expérience unique. A Paris, le restau "dans le noir" fête ses dix ans. D'autres grandes villes comme Londres, Moscou, et Barcelone, ont lancé le concept.

Dix années "dans le noir"

Dîner dans l’obscurité totale, en étant servi par des non-voyants ? C’est l’expérience proposée par le restaurant "Dans le noir", à Paris, qui fête ses 10 ans cette année. Nous y avons passé la soirée.

"C’est bon, vous êtes bien accrochés ?", interroge Sarah, tandis que les clients se mettent en file indienne, la main sur l’épaule du précédent. Après le dépôt de ses objets lumineux (portables, montres…) dans un casier, et la prise de commande assez insolite - on a le choix entre "menu surprise" et… "menu surprise" - dans le vestibule éclairé du restaurant, le rituel se poursuit avec l’entrée dans la salle obscure, guidé par une des serveuses non-voyantes.

Passé le rideau de tissu épais qui sépare la lumière de l’ombre, commence alors une expérience assez atypique. Déjà un choc sensoriel : avait-on déjà éprouvé ce qu’est l’obscurité, la vraie ? Pas une once de lumière ne vient briser le noir de la pièce. Les repères s’effondrent : quelle taille fait la salle ? combien y-a-t’il de clients attablés ? Il faudra un certain temps d’apprivoisement pour tenter de répondre à ces questions. On s’installe à tâtons, découvre que notre convive est assis à côté, et non en face. D’ailleurs, y -a-t-il d’autres personnes en face ?

Sans attendre vient la dégustation. Moment doublement ludique – ou bien laborieux, c’est selon : d’abord, parvenir à porter les aliments à la bouche s’avère un véritable défi, et l’usage de la fourchette peut devenir une option – après tout qui le saura ? ; puis découvrir, mettre des mots sur les nombreuses saveurs - délicieuses - présentées à nos papilles. Est-ce de la soupe de poisson ou un velouté au curry ? L’exercice se montre difficile, preuve que la connaissance visuelle des choses a pris le pas sur les autres sens dans notre civilisation de l’image.

L’obscurité est un monde de questions plus que de réponses, de vérités qui se construisent en doutant. N’est-ce pas pour cette raison que la conversation se fait partage et recherche, rivée sur l’essentiel ? Régulièrement Sarah, notre serveuse, vient s’enquérir que tout va bien, sur un ton presque familier qui sied bien à ce quartier branché de la capitale. Parfois, une serveuse intervient lorsque le niveau sonore de la salle dérape - l’obscurité pousse en effet certains à élever la voix pour se faire entendre, faute de pouvoir évaluer les distances…

Les plats étant servis sur un bon rythme, la soirée ne s’éternise pas. Il faut dire qu’il y aurait danger à glisser doucement dans la torpeur, et prendre la nuit pour ce qu’elle est habituellement : le meilleur décor pour s’endormir ! Le contact trop rapide avec les non-voyants est un peu frustrant, mais l’on ressort de ce lieu avec le sentiment d’avoir expérimenté, furtivement, ce qui fait leur quotidien : le réveil des autres sens, l’apprivoisement de l’inconnu, le choix de la confiance, et cette conscience si aiguisée d’exister par son corps. Comme dit le refrain : "la ténèbre n’est point ténèbre, la nuit comme le jour est lumière."

Cyril Douillet, ol.ombresetlumiere.fr - 21 octobre 2014

Une idée à succès

Le restaurant "Dans le noir" est né en 2004 de la collaboration entre un non-voyant, Didier Roche, et un entrepreneur, Edouard de Broglie. Il emploie une dizaine d’aveugles en salle, le reste des services (cuisine, accueil) étant assuré par des voyants. Pour les non-voyants, il s’agit souvent d’un tremplin vers un autre emploi. Une partie des bénéfices est reversé à des associations de non-voyants. Le concept du restaurant s’est déployé dans plusieurs grandes villes (Londres, Moscou, Barcelone), et se décline également en spa et en bar.

51, rue Quincampoix 75004 PARIS

Téléphone : 01 42 77 98 04

Pour aller plus loin

  • Silent Voice

    Tiré d’un manga, ce film d’animation aborde la question du handicap de manière juste et sensible à travers l’histoire d’

  • L’éloquence des sourds

    Première femme avocate sourde de naissance, Virginie Delalande illumine ce remarquable documentaire.

  • Vers la lumière

    La réalisatrice des Délices de Tokyo sublime la rencontre entre une audio descriptrice et un non voyant.